En quête d'aïeux arrow Et avant le XVIIème ? arrow 1507 : François Michart
Comment ça marche ?
Comment ça marche ?
Fermer
Tous les liens sont cliquables.
 
Les liens en bleu marine ouvrent une autre rubrique du site ou un lien externe dans un nouvel onglet. 
Les liens en bleu turquoise affichent au premier plan une fenêtre d'informations ou une image agrandie.
 
Images miniatures
Un clic sur une image miniature affiche également l'image agrandie. 
Clic droit et Ouvrir dans un nouvel onglet sur une image miniature permettra d'agrandir cette image.
 
Dans les fenêtres d'informations
Cliquez sur FERMER en haut de la fenêtre pour fermer, cliquez en haut de la fenêtre et maintenez pour la déplacer. 
Sur les images agrandies : N'importe où dans l'image, cliquez  pour fermer, cliquez et maintenez pour déplacer. 
Vous pouvez ouvrir plusieurs fenêtres et /ou images ensemble. 

indicateurSi une fenêtre d'information ne s'ouvrent pas correctement (une mise à jour du site a été effectuée) ou si cet indicateur est affiché en haut à gauche de la page.
Videz le cache de votre navigateur.(Dans Firefox : Choisissez Outils/Supprimer l'historique récent, cochez cache, effacer maintenant) puis appuyez sur F5 (ou clic droit actualiser) pour recharger la page. 
 

1507 : François  Michart,  Hennebont
Hennebont
Fermer
Hennebont est une commune du département du Morbihan, dans la région Bretagne, en France.
 
Le nom breton de la commune est Henbont. Le nom de la ville au 12ème siècle est Hanebont selon des sources aux archives(ligne by simont )
 
Ses habitants s'appellent les Hennebontais et Hennebontaises.
 

 
lire la suite dans Wikipédia 

500ème anniversaire de la mise en chantier de la basilique
Grand Spectacle Historique Son et Lumière
les 18, 19, 20 et 21 septembre 2014
organisé par l'association "Les amis de la basilique"
 

 
L'excellent article sur François Michart par les amis de la basilique d'Hennebont    


Extrait de http://www.bzh-explorer.com/La-Basilique-Notre-Dame-du-Paradis?lang=fr  :

" Du haut des tours de Broérec, la vue est imprenable sur la basilique Notre-Dame du paradis (*) à Hennebont, construite en granit et pierre de taille. Son édification remonte au XVle siècle (1514 à 1524), en pleine époque du style gothique flamboyant.
Ce monument est né de la volonté du maréchal-ferrant d‘Hennebont, François Michart
François Michart
Fermer
Début de Nota 1, chapitre "Patrimoine d'hennebont" sur http://www.infobretagne.com/hennebont.htm, cet extrait du bulletin mensuel de la société polymatique du Morbihan, 1875 :
 
"Au commencement du XVIème siècle, vivait à Hennebont un pieux artisan qui, en ferrant les chevaux et en fabriquant des serrures, avait acquis une honnête aisance. François Michart était son nom (Note : Et non Michaud, comme on l’a souvent dit et répété. Ce nom figure trop fréquemment dans les archives pour que le moindre doute soit possible sur sa lecture)."
 
plus d'infos : rubrique 1507 : François Michart 
. Il est d’ailleurs représenté dans un vitrail de la basilique .
Il mourut à la tâche (**) et la ville, en remerciement, lui offrit de grandes funérailles. A l’époque, se trouvait sur la place du marché une petite chapelle dédiée à Marie. Le maréchal ferrant s’occupa de collecter les dons dans tout le diocèse, et obtint les autorisations de batir une grande église auprès du vicaire, de l’évêque de Vannes, de l’abbesse Guillemette Rivallenn (de qui dépendait Hennebont, via l’abbaye de la Joie Notre Dame) et de toutes les autorités de l’époque. "

(*) D'abord chapelle de Notre-Dame-de-Paradis, puis église parroissiale en 1570, et basilique mineure en 1913.
(**) En réalité le 1er avril 1527 (né en 1475)

Début de Nota 1, chapitre "Patrimoine d'hennebont" http://www.infobretagne.com/hennebont.htm :

"Au commencement du XVIème siècle, vivait à Hennebont un pieux artisan qui, en ferrant les chevaux et en fabriquant des serrures, avait acquis une honnête aisance. François Michart était son nom (Note : Et non Michaud, comme on l’a souvent dit et répété. Ce nom figure trop fréquemment dans les archives pour que le moindre doute soit possible sur sa lecture)."

Extrait de http://pays.carnac.free.fr/lucopdf/saint-gilles-hennebont.pdf :

"La magnifique Chapelle de Notre-Dame-de-Paradis fut, le 19 juin 1524, 3e dimanche de ce mois, dit un vieux titre, "dédiée et consacrée par un évêque portatif de l'Ordre des Carmes, demeurant au Bondon, près de Vennes, appelé et défrayé par François Michart, qui fit tous les frais de la cérémonie."

Cet évêque portatif n'était autre que Geoffroy Le Borgne, originaire du diocèse de Vannes, prieur des Carmes du Bondon et évêque de Tybériade in partibus infidelium ."
Mgr Geoffroy Le Borgne est alors suppléant du cardinal Laurent Pucci, évêque de Vannes. Geoffroy Le Borgne fût recteur de Limerzel de 1532 à 1551.
Notons que le premier recteur de Limerzel, en 1453, fût Olivier le Bourdiec, 6ième témoin entendu à Saint-Guen lors de l'enquête en canonisation de Saint Vincent Ferrier. (voir sujet précédent)
   

 
crédits     © 2008-2018 michard.eu