En quête d'aïeux arrow De Michart à Michard
Comment ça marche ?
Comment ça marche ?
Fermer
Tous les liens sont cliquables.
 
Les liens en bleu marine ouvrent une autre rubrique du site ou un lien externe dans un nouvel onglet. 
Les liens en bleu turquoise affichent au premier plan une fenêtre d'informations ou une image agrandie.
 
Images miniatures
Un clic sur une image miniature affiche également l'image agrandie. 
Clic droit et Ouvrir dans un nouvel onglet sur une image miniature permettra d'agrandir cette image.
 
Dans les fenêtres d'informations
Cliquez sur FERMER en haut de la fenêtre pour fermer, cliquez en haut de la fenêtre et maintenez pour la déplacer. 
Sur les images agrandies : N'importe où dans l'image, cliquez  pour fermer, cliquez et maintenez pour déplacer. 
Vous pouvez ouvrir plusieurs fenêtres et /ou images ensemble. 

indicateurSi une fenêtre d'information ne s'ouvrent pas correctement (une mise à jour du site a été effectuée) ou si cet indicateur est affiché en haut à gauche de la page.
Videz le cache de votre navigateur.(Dans Firefox : Choisissez Outils/Supprimer l'historique récent, cochez cache, effacer maintenant) puis appuyez sur F5 (ou clic droit actualiser) pour recharger la page. 
 

Le changement du patronyme Michart en Michard

En fait, - concernant le nom de Michart - ce fut une constante à partir du XIXème.
  • Le livre du R.P. Fages , en 1894,  raconte l'histoire de Jean Michard,  alors même que la note en bas de page suivante , qui est le texte latin de 1453,  précise Joannes Michart.

  • Sur le vitrail du XXème par Max Ingrand, à Hennebont
    Hennebont
    Fermer
    Hennebont est une commune du département du Morbihan, dans la région Bretagne, en France.
     
    Le nom breton de la commune est Henbont. Le nom de la ville au 12ème siècle est Hanebont selon des sources aux archives(ligne by simont )
     
    Ses habitants s'appellent les Hennebontais et Hennebontaises.
     

     
    lire la suite dans Wikipédia 
    , il est indiqué François Michard, alors qu'il s'agit de François Michart
    François Michart
    Fermer
    Début de Nota 1, chapitre "Patrimoine d'hennebont" sur http://www.infobretagne.com/hennebont.htm, cet extrait du bulletin mensuel de la société polymatique du Morbihan, 1875 :
     
    "Au commencement du XVIème siècle, vivait à Hennebont un pieux artisan qui, en ferrant les chevaux et en fabriquant des serrures, avait acquis une honnête aisance. François Michart était son nom (Note : Et non Michaud, comme on l’a souvent dit et répété. Ce nom figure trop fréquemment dans les archives pour que le moindre doute soit possible sur sa lecture)."
     
    plus d'infos : rubrique 1507 : François Michart 
    , attesté de différentes manières. A Hennebont,
    aujourd'hui (en 2017), nous avons la rue François Michard, le stade François Michard, l'espace François Michard.

"Le grand tournant dans la tenue des registres est pris avec le décret du 20 septembre 1792. Le maire de la commune ou les officiers municipaux qui en reçoivent la délégation se substituent aux curés des paroisses à partir du 1er janvier 1793."
extrait de l'étude de Félix LAFFÉ, Chargé d’études documentaires, Mars 2006.

Il me semble, mais ce n'est là qu'une hypothèse, que le art s'est transformé en ard , au long du XIXème,
non pas par approximation orthographique, comme ce fut généralement le cas(*). mais par fait d'Histoire;
En 1793, les curés, devenus officiers d'état civil, connaissaient bien l'orthographe des noms de leurs ouailles. Ils étaient d'ailleurs
formés pour cela.
Peu à peu remplacés par des "civils" au cours du XIXème, il est possible que ard étant une terminaison française plus courante que art, la première remplaça petit à petit la seconde, d'autant plus qu'
il n'y a pas d'altération phonétique entre ces deux terminaisons.  

Toujours est-il que selon geopatronyme.com, on ne trouve plus qu'une seule naissance de Michart en France, à Paris, entre 1891 et 1915; il s'agit de
Marie Michart, née à Paris le 21 mai 1901. Vous pouvez consulter la table décennale correspondante, page 5.
Idem pour
genealogie.com :    1 seule réponse entre 1891 et 1990.(Ce qui est inexact, puisqu'il y a une naissance d'un Joseph Michart
Joseph Michart
Fermer
Joseph Eugène Marie Michart, né le 10 mars 1893 à Rennes 
De Mathurin Marie Michart, journalier 
et de Désirée Marie Michard 
tous deux de Saint-Samson.
 
Acte de naissance
 

 
Tué à 22 ans, à Souain dans la Marne , au soir du 31 juillet 1915.
 
Fiche individuelle "Mort pour la France" du site SGA Mémoire des hommes
 

 
Joseph personnifie par ses origines le site "Michard & Michart en Centre Bretagne"...
 
Plus d'infos : rubrique Le dernier Michart
à Rennes en 1893; son histoire est développée dans l'une des rubriques qui suivent. Et
c'est bien Joseph Michart qui est retranscrit sur la table décennale correspondante :

Depuis, plus rien. Le nom a bel et bien disparu dans sa forme originelle.

(*)
Profitons en pour rappeler ce que tous les généalogistes savent bien; jusqu'à l'aube du XXème dans les campagnes comme ailleurs beaucoup ne savaient ni lire ni écrire, et les noms étaient souvent retranscrits approximativement (surtout s'il n'y a pas altération phonétique - ce qui est le cas ici), de même que les âges. Par exemple, rien que dans ma famille, j'ai retrouvé des écritures comme Le Piouffle, Le Pioufle, Le Piouff, Le Clinche, Le Clainche etc.

 


Sur l'origine des patronymes


Reste que l'origine de ce nom de Michart m'est inconnue. Il y a bien micher , en breton, terme répandu (métier, professionnel ...), mais la terminaison en art ?
Et nous sommes
aux limites des pays breton et gallo .


Des Michart, il y en a eu, un peu, un peu partout en France, mais surtout en Bretagne. Il suffit d'aller voir les résultats de la recherche "michart" sur www.genealogie.com. (Du XVIIème au XIXème, 161 mentions de Michart en Bretagne surtout à Saint-Samson
Saint-Samson
Fermer
Saint-Samson est une ancienne commune du Morbihan.
 
"Au VIème siècle les Bretons occupèrent ce pays, comme le prouvent les noms encore subsistants de Brangolo, Kerio, Coetquelen, Quengo, etc... D'ailleurs le patron de la localité est breton lui-même. Saint Samson était évêque de Dol ; il mourut le 28 juillet vers l'an 570. L'érection de la paroisse est nécessairement postérieure à cette date."
 
"En 1284, Saint-Samson faisait partie de Bréhan."
 
"En 1891, sa superficie est de 1912 hectares, et sa population de 1082 habitants. Le territoire produit des céréales et un cidre très estimé."
 
"En 1994, Rohan fusionne avec les communes de Saint-Gouvry et de Saint-Samson."
 
( extraits de  http://www.infobretagne.com/rohan.htm )
 
 
, 42 en Bourgogne, surtout à Auvillars-sur-Saône, et 21 dans les Ardennes,  sur 323 mentions en tout (en 2013).

Je me permets de penser, compte tenu du lien ténu mais indéniable tissé avec les Michart du XIVème, que ce nom de la vieille paroisse de Bréhan est ancien. Aux limites EST du parler breton du clan des Bréhan, arrivé peut-être du sud de la Grande Bretagne dans cette région alors couverte de forêts et très peu peuplée, lors des vagues migratoires entre les VII et Xème siècle. Ou pas ! Notons également que l'ancien français utilise les terminaisons -ard, -art, -ault... pour remplacer le germanique -hard (qui désigne la force).

Les noms finissant en art sont communs dans la région
au XIVème : Jehan Silart , Perrin Coignart, Guillaume Loiart , Raoul Gapaillart , Jehanne femme Thomas Michart, Jehan Boudart ...
tout comme au XVIIème et suivants : Foliart, Pinsart, Pichart...et bien sûr Michart.


jean-Louis Beaucarnot expose les origines de Michard dans son livre Les noms de famille et leurs secrets. (péjoratif issu de Michel : voir le dictionnaire de Jean Totsi)
Puis il étend l'origine de Michard
à Michart. Sur la base Racina, Michart est donné comme variante de Michard alors que, concernant la Bretagne, c'est exactement le contraire qui est démontré ici !

... dommage que geneanet ne mentionne pas cette autre origine du nom Michard.

Pour faire la part du vrai et du faux, c'est un spécialiste en onomastique et plus particulièrement en anthroponymie qu'il nous faudrait ici.

Le pain michard

On peut aussi indiquer
l'existence du pain michard, au Mans et en Aveyron.
A mon sens, le pain michard n'a rien à voir avec les patronymes Michart puis Michard, mais ce nom commun a pu avoir une certaine influence par ailleurs, voire même dans le changement de la terminaison du nom...
La fabrication et le commerce du pain étaient très réglementés autrefois.




     
Dictionnaire français du patois d'Aveyron, 1879, par
l'abbé Vayssier, 
page 368
le terme de michard, désigne le nom d'un pain.
L'origine étymologique serait Micha, du bas latin;
petite miche de pain. en ancien breton (bret.) : mich
  Dictionnaire françois-celtique, 1782, par Grégoire de
Rostrenen, page 623

  La communauté des Boulangers du Mans, 1891, par
A. Martin, page 54 du pdf
pas moins de 32 mentions du pain michard,nom utilisé
-au moins- dès la fin du XVIIème, sans doute avant.

Dernière mise à jour : ( 17-11-2017 )
 
crédits     © 2008-2018 michard.eu